• Aujourd'hui je me suis posée de grandes questions métaphysiques. La dernière à me trotter dans la tête étant la suivante:

    pourquoi les chiens font-ils pipi sur les pneus des voitures et pas ailleurs?
    (J'étais en train d'accompagner une amie qui promenait son chien.)

    Ne voulant pas me coucher plus bête que ce matin, je suis donc aller chercher l'info chez mon ami google. Il m'a gentiment répondu par le biais du site des pourquois , que je ne connaissais pas ( pourtant très fréquenté des internautes).

    Pour ceux qui s'intéressent aussi à ce problème de premier plan : c'est bien sûr lié à l'odeur de leur urine, très forte, qui peut se confondre avec l'odeur de soufre sur les pneus. Les chiens marquent donc les pneus pour prendre la place d'un possible congénère.

    Grâce à ce site, j'ai résolu d'autres grandes questions du jour :

    - pourquoi distribue t-on des oeufs à Paques
    - pourquoi est-ce un lapin qui apporte les oeufs de Pâques (bêtement j'associais la poule et l'oeuf, quelle imbécile je fais!)


    4 commentaires
  • Les livres et leurs auteurs font escale à Bordeaux en ce moment, pour mon plus grand plaisir.

    J'y ai fait une jolie rencontre. Inattendue à vrai dire, c'était encore un traquenard de ma mère féministe.

    Le féminisme a été un mouvement indispensable. Mais bon, maintenant c'est fait, les lois sont là. Je sais qu'il y a encore du boulot. Notamment en ce qui concerne l'égalité dans les entreprises (salaires et développement des carrières). Mais cela ne dépend plus du législateur, c'est un travail d'éducation, de changement des mentalités, c'est long, ça se passe dans chaque maison, dans chaque couple. Ce n'est plus un combat collectif (même si l'idée d'aller brûler mon soutien-gorge me semble très attrayante).
    Le combat féministe a été capital, mais c'est celui d'une autre génération (notre devoir étant bien entendu d'en garder les acquis), il y a aujourd'hui d'autres luttes que j'aurais envie de mener collectivement. Pacifiques elles aussi. Pour la préservation de notre environnement. Pour un droit à l'euthanasie. Pour la reconnaissance des droits de familles qui existent même si elles ne plaisent pas, les familles homosexuelles. La liste est longue...

    Comme d'habitude je m'égare. J'ai donc rencontré Benoîte Groult, figure du féminisme, aujourd'hui âgée de 87 ans, incroyablement belle, auteure de la touche étoile.
    Son livre parle de deux femmes, mères et filles, la mère affronte son vieillissement avec humour, la fille vit une histoire d'amour avec un Irlandais.
    La particularité de ce livre, c'est d'oser faire tomber un tabou : la vie des personnes âgées, ce à quoi ils sont confrontés, leur sexualité.

    Cette femme m'a épatée. J'avais l'impression de parler à quelqu'un de ma génération, était-ce à cause de son langage, du contenu de ses propos, de sa vivacité. Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que je l'ai aimé, elle.


    5 commentaires
  • Heroes est une série télévisée diffusée sur NBC que j'ai découverte il y a peu de temps sur le net...Elle est géniale. Bon je sais il faut aimer les histoires fantastiques. De quoi cela parle t-il? Comme je suis nulle pour résumer (mes amis s'endorment lorsque je leur racontent un film), je suis meilleure pour dire des bêtises, alors j'en ai pris un tout fait sur allociné:

    Partout dans le monde, un certain nombre d'individus en apparence ordinaire se révèle doté de capacités "hors du commun" : la régénération cellulaire, la téléportation, la télépathie... Ils ne savent pas ce qui leur arrive, ni les répercussions que tout cela pourrait avoir. Ils ignorent encore qu'ils font partie d'une évolution qui va changer le monde à jamais !

    Ce qui est sympa c'est qu'à chaque fin d'épisode, il se passe quelque chose qui fait que l'on ressent ce besoin inexplicable de connaître la suite. Une vraie drogue.

    Je dois avouer que j'adore tout ce qui est fantastique, que ce soit au cinéma ou en littérature, j'ai dévoré les Barjavel, et autres Bradbury tout au long de mon adolescence. J'ai démarré petite en fait puisque je me rappelle avoir lu avec beaucoup de plaisir les comics qui trainaient chez le parrain de mon frère.Je suis donc aujourd'hui une bonne cliente de tous les blockbusters du type X-men and co.


    4 commentaires
  • Non je ne m'arrête pas de vivre pour la regarder, si j'ai autre chose (et le mercredi soir ce n'est pas rare) la priorité sera donné à la vraie vie, pas à mon activité de légume derrière la TV. Mais bon si je suis chez moi un mercredi soir, avec mon chéri et une furieuse envie de glandouiller, c'est ce que je regarderai.

    Je parle de la nouvelle star. Un bon vieux télé-crochet revisité années 2000, avec un jury aux critiques acerbes. Ca me plait, surtout dans ce que j'appelle "l'ère du lisse", rien ne dépasse, le consensuel est un goût que l'on retrouve partout.

    Mais moi je préfère les jambons-beurre et les kébabs plein de salmonelles et de staphylocoques. Je suis comme ça, j'aime vivre dangereusement.


    3 commentaires
  • S'agit-il des rats qui ont envahit le KFC de New York?

    Est-ce la malbouffe, la France comptant aujourd'hui deux fois plus d'obèses qu'il y a 10 ans?

    S'agit-il des soins délivrés des prisons françaises, la prison de Liancourt ne dispensant plus de soins dentaires depuis 3 mois?

    Parle t-on des SDF du canal Saint-Martin et d'ailleurs?

    Beaucoup de possibilités pour répondre à cette questions lorsqu'on regarde l'actualité du jour.
    Mais il s'agit de quelque chose de beaucoup plus proche de nous : la télévision. Ce n'est pas moi qui le dit, mais la revue scientifique britannique Biologist .

    Une forte consommation de télévision - à 6 ans, un enfant britannique a déjà passé en moyenne un an de sa vie devant son poste - freine la production de mélatonine, une hormone qui régule le rythme biologique. Donc affecte le sommeil, le système immunitaire. Et déclenche des pubertés précoces chez les filles. L'étude révèle aussi que le risque de développer la maladie d'Alzeimher augmenterait avec chaque heure passée devant la télévision entre 20 et 60 ans.

    Si à tout cela on ajoute que beaucoup mangent devant la télévision de manière mécanique, en plus grande quantité sans s'en apercevoir, souvent des produits consommables immédiatement, qui n'ont pas besoin d'être cuisinés, bourrés de sucres et de graisses. (Finalement c'est là qu'on retrouve l'obésité des français). Vraiment ça ne donne pas envie de regarder la télé.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique