• Lunar Park, un livre magnétique

    Encore un bouquin déjanté chaudement recommandé par mon chéri, grand fan de Monsieur Bret Easton Ellis.

    Ce n'est pas trop mon genre favori, mais je dois admettre qu'il a quelque chose de magnétique dans ce livre. Bret Easton Ellis n'a pas été chercher loin son héros puisque c'est lui-même (au début de l'histoire), ou plutôt un autre lui, il laisse au lecteur le soin de distinguer le vrai du faux. Cela doit vraiment rendre schizophrène d'écrire une telle histoire.

    Ce qui m'a embarqué c'est le personnage de Bret, il est à la fois si loin et si proche de nous. Il est célèbre, sûr de lui, totalement égocentrique, drogué, alcoolisé, excessif. il nous dit par exemple qu'en 94 il a dépensé 100000$ en drogues . il nous raconte son année 98 et sa folle tournée de promotion pour son livre Glamorama, durant laquelle il était tout le temps pété. Il a même été confronté à des problèmes d'argent qu'il nous explique cyniquement: "J'avais tout claqué. Comment? Les drogues. Les fêtes qui coutaient 50000 $. Les filles qu'on emmène en Italie, à Paris, à Londres, à Saint Barth. Les drogues. Une garde-robe Prada.Une nouvelle Porsche. Les drogues. Une cure de désintox pas prise en charge par la mutuelle." Là on a l'impression de vivre vraiment sur une autre planète. Mais il peut aussi nous parler du moment où il boit un verre de vin en regardant un vieil épisode de Friends et où il va s'endormir, de ses relations difficiles avec son père décédé, de ses regrets par rapport à lui, on sent un deuil qui ne peut pas se faire à cause de choses qu'il ne lui a pas dites, on sent son mal-être, bref on se sent proche de ce Bret là, si humain. La proximité du personnage avec la personne de l'auteur est vraiment fascinante, son site officiel met même en parallèle les deux personnages http://www.randomhouse.com/kvpa/eastonellis . On trouve aussi des sites de fan sur le personnage virtuel de sa femme Jayne Dennis (une actrice qui aurait eu une liaison avec keanu reeves).

    En plus il a un style totalement hors norme. Il est hautain, et provocateur à souhait, il jette un regard froid sur la société qui l'entoure, sur la vie dans les banlieues chics, les thérapies de couple, les enfants bourrés de médicaments, amorphes donc plus faciles à gérer...

    Si le début a l'air plausible, la suite devient carrément space et flippante. Un climat de terreur s'installe progressivement. Et ce qui a l'air très inoffensif de prime abord (enfants, jouets,maison, chien, personnages de fiction) se transforme en choses terrifiantes. Pour ma part j'ai eu du mal à adhérer au côté épouvante. Je ne me suis pas sentie prise par l'angoisse.

    Malgré cela, ce bouquin m'a vraiment plu, le mystère qu'il a su créer autour de lui et de son double, autour du titre du livre, qu'on ne comprend toujours pas une fois livre fini, et surtout son style décapant. Tout cela m'a vraiment séduit.

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :