• Dans la peau d'un noir

    J'ai un peu de retard pour commenter ce documentaire (semaine chargée) mais je voulais revenir dessus car je l'ai trouvé remarquable. De quoi s'agissait-il? Deux familles, l'une blanche, l'autre noire, se sont glissées pendant quatre semaines dans la peau l'une de l'autre, afin de prendre conscience du racisme au quotidien.

    Ca nous change des programmes habituels formatés qui nous remâchent tout le temps les mêmes banalités sous des formes diverses, le sujet abordé étant brûlant. Il s'agit de mettre au grand jour un phénomène de société latent : le racisme? Non, je ne pense pas, mais quelque chose de plus insidieux encore, dont les auteurs n'ont pas conscience, ce que le réalisateur a qualifié de micro-vexations, de microdiscriminations qui amènent de nombreuses personnes noires à s'autocensurer, à se sentir inférieures.
    L'exemple le plus marquant : la mémé qui s'accroche à son sac quand une noire l'aborde. Le documentaire était truffé de ce genre de comportements.

    Le documentaire a été très controversé : certains noirs se sont sentis encore plus stigmatisés, des blancs ont été choqués d'être tous montrés comme des racistes, d'autres voulaient chercher du racisme chez les noirs, ce programme a été taxé de démagogie.

    Pour ma part j'ai apprécié ce documentaire : si il y a controverse ce n'est pas pour rien, il y a bien un problème. En parler, c'est une façon d'agir. La première étape d'une évolution est forcément la prise de conscience. J'espère que c'est un premier pas vers un changement des mentalités.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Février 2007 à 20:35
    dans la peau d'un black
    Je trouve le principe intéressant, et les objectifs et les buts nobles au niveau comportementales et sociologique. l'expérience est sans contredit très instructive au niveau purement scientifique,.mais dans le fond ,en faisant une analyse plus poussés des mobiles et des réflexes inconscients ou conscients . Que signifie toute cette mise en scène ? sinon des comportements et des rapports de dominants à dominés. L'homme noir n'existe que dans sa perception par rapport à l"homme blanc. L'homme noir n'a pas besoin de l'homme blanc pour exister. On n'envisage les problèmes des noirs qu'au travers le regard du blanc. Il ne faut pas oublier que l'histoire du blanc n'a croisé celle du noir qu'au travers de la traite négrière, ceci explique cela..... Ainsi c'est dans des conditions de violence de massacres de viols de génocide et d'exploitation que la route du noir croise celle du blanc. Cette mise en scène ne reflète qu'une chose, c'est que le noir n'est pas sorti de l'idéologie de domination et d'exploitation issue du phénomène historique de l'esclavage, du rapport de dominant et dominé, de maître et d'esclave. Le blanc quant à lui consciemment ou inconsciemment est resté dans l'idéologie de race supérieur, "le Prométhée qui dérobe le feu au Dieux pour éclairer les ténèbres du nègres". la situation du noir dépend du sort que veut bien lui réserver son maître blanc, qui accepte de se mettre dans sa peau de nègre par"empathie", c'et à dire que son maître veut bien se mettre dans sa peau pour partager un peu de son fardeau, pour ressentir ce qu'il ressent, comme un peu au moyen age en France lors de la cérémonie du Carnaval ou les gueux se mettaient dans la peau des puissants,et les maîtres autorisaient cet espace de liberté pour "exorciser" les révoltes des pauvres. Tant que les noirs eux même se prêterons à ce genre de manifestations dont l'objectif est encore et toujours consciemment ou inconsciemment de les assujettir à un schéma de pensée qui n'est pas le sien, qui n'a rien à voir avec ses traditions sa culture ses racines et son schéma de pensée alors il restera toujours un "bon nègre" : "oui msieur le blanc" , "non msieur le blanc" prisonnié du schéma de pensée Blanc. Le Problème ne se pose pas en ces termes , ce dont il est question;le racisme n'est pas un problème des noirs, c'est le problème des blancs, qui sont tellement attardés qu'ils n'ont pas compris que le monde est multiples et divers, le monde ne s'arrète pas à leurs porte, cela s'appelle de l'ethnocentrisme. Il existe d'autres visions, d'autres idéologies, d'autres façons de concevoir le monde, qu'il appartient pour les gens concernés par la perte d'identité de reconquérir . le travail primordial pour les noirs c'est de reconquérir leur identité et toute la logique qui en découle tout en s'inscrivant dans un moule africain de construire leur propre modéle de développement et de civilisation. On peut comprendre la frustration de millions de noirs qui sont prêt à se désintégrer pour s'intégrer dans cette société blanche occidentale, mais l'intégration ne signifie pas renoncer à son identité, ni vouloir obtenir absolument l'empathie du blanc. Les noirs doivent s'unir et s'organiser non pour s'intégrer et entrer dans un schéma qui n'est pas le leurs et qui ne les concerne pas,mais pour exister pour eux mêmes et en eux mêmes.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 12 Février 2007 à 00:01
    Ton commentaire m'a vraiment touchée Sime
    Il donne à réfléchir. Le racisme est certainement comme tu l'as dit un problème de blancs. Mais ce sont les noirs qui le subissent et il faut que cela change. Si ce documentaire peut faire réfléchir et changer les blancs c'est déjà un début, c'est ce que je voulais dire, même si je comprend tout à fait que la méthode puisse avoir un côté humiliant. Par ailleurs je crois que liberté, égalité, fraternité, la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, le préambule de la constitution de 1948 ou notre constitution actuelle sont plus qu'un schéma, ce sont des droits reconnus à chacun, qui permettent de tous nous accueillir. Même si quand ils ont été créés, ce n'était ni pour les noirs, ni pour les femmes.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :