• Je ne parle pas des prouesses de la science mais de la bêtise humaine.
    Il s'agit d'un triste record que vraiment je ne pouvais et ne voulais pas laisser passer : Carmela Bousada a accouché à 67 ans!!!

    Pour prétendre à bénéficier d'une fécondation in vitro, elle avait vendu sa maison et menti sur son âge aux médecins. La sexagénaire leur avait dit avoir 55 ans, l'âge limite pour traiter les femmes célibataires. Carmela Bousada a vendu sa maison pour pouvoir se payer cette FIV 59.000 dollars (45.700 euros) dans une clinique de Californie.

    Aujourd'hui, cette dame qui a un humour des plus douteux, espère se trouver un mari plus jeune qu'elle pour l'aider à élever ses deux fils. Pour continuer son chapelet d'aneries, elle a fait les déclarations suivantes :

    "Oui, je suis vieille, bien sûr, mais si je vis aussi longtemps que ma maman, je pourrais même avoir des petits-enfants". Puis lorsque les médecins l'ont informée qu'ils allaient devoir pratiquer une césarienne, elle leur a lancé: "faites-le bien bas, que je puisse continuer à me mettre en bikini"...

    Puisque je suis dans les citations (ne citer qu'elle dans ce post, ça ne va pas être possible), en voici deux autres :
    "La jeunesse est le temps d'étudier la sagesse ; la vieillesse est le temps de la pratiquer."
    "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"

    Je sais pourquoi j'ai toujours préféré Rabelais à Rousseau...
    Pauvre Rabelais, heureusement qu'il n'a vu ni Carmela, ni les médecins nazis ou les prix nobels vendre leur sperme...

    Heureusement qu'il y a une réflexion et des lois sur la bioéthique en France. Parce que parfois ça me fait peur tout ça.
    Je ne m'oppose pas aux avancées de la science, loin de là, tant qu'il y a de la transparence et un principe de précaution (j'entends par là le fait de prendre en compte un risque même statistiquement négligeable et de le considérer comme intolérable, s'il met en cause la vie humaine, les équilibres écologiques ou tout simplement le respect qu'on doit à l'homme).

    Je pense seulement à ces deux enfants qui seront orphelins dans pas très longtemps.


    3 commentaires
  • Toujours les mêmes qui disent des âneries : non aujourd'hui Ségolene n'a pas (encore) dit de bourde, par contre c'est Monsieur de Robien qui nous ressort de derrière les fagots les méthodes pédagogiques d'il y a 50 ans. Après l'abandon de la méthode globale en lecture, le quart d'heure de calcul mental tous les jours en primaire, aujourd'hui c'est le calcul mental dès la maternelle (qui rappelons-le au passage n'est pas obligatoire, ce qui donne lieu chaque jour à des situations ubuesques - lundi un papa vient me voir pour me signaler l'absence de son fils, il part au ski avec lui en dehors des périodes scolaires car n'ayant pas d'enfant en âge d'aller à l'école obligatoire, il n'a pas droit avec son CE à une location pendant les vacances scolaires-).

    Je n'ai même pas envie de commenter cette énième mesure, ma réponse étant toujours la même : on fait encore semblant d'imposer une nouvelle mesure alors que c'est déjà ce qui est pratiqué. Mais bon comme d'hab', on s'en prend aux prof qui font de la merde tout le monde le sait. Le bonus du jour, cette petite phrase émanant de spécialistes de l'Académie des sciences sur l'enseignement du calcul : il faudrait « former massivement les maîtres » à ces nouvelles directives, car « cela fait trois ou quatre décennies que le calcul est mal enseigné ».

    Ca fait plaisir...

    Ce qui m'agace c'est cette idée qu'on veut nous imposer : c'était mieux avant. Je suis désolée mais non, c'était pas mieux avant.

    Parce qu'avant aussi ils faisaient plein de grosses, mais alors vraiment grosses boulettes (deux guerres mondiales, l'indochine, l'algérie, la peine de mort... )

    Parce qu'il n'y avait pas de pilule, pas de CMU, pas de téléphone portable, pas de café de bourge, pas d' internet, pas de blog, (la liste n'est pas exaustive, si vous voulez la compléter...)

    Parce qu'il se passe chaque année, chaque jour plein de belles choses, pleins d'avancées que l'on considère comme normales : rien que cette semaine, il y a eu une deuxième greffée du visage...

    Et surtout parce qu'on était pas là.


    9 commentaires
  • Après l'union des socialistes autour de Ségolène Royal, l'UMP se rassemble aujourd'hui autour de Sarkozy. Malin il invite les militants à faire un triomphe à tous ceux qui se joindront à lui, autrement dit les ralliés de dernière minute (MAM, et Villepin). Dans une débauche de luxe critiquée par mon voisin Mamère, le petit Nicolas va donc être sacré (les royalistes ne sont pas là où on pouvait les attendre...) et l'Empire UMP formé, prêt pour l'attaque du premier tour.

    Un frisson parcourt mon corps rien qu'à cette idée. Une vraie terreur me saisit quand j'apprend les derniers propos Sarko relatifs au droit au logement : "Je ne souhaite pas non plus que tous les étrangers en situation régulière y aient droit."Il se justifie ainsi :"Quand on n'a pas de papiers, ou quand on a seulement une carte de séjour temporaire d'un an, on n'a pas à bénéficier d'un logement social aux frais du contribuable." Vous avez bien lu quelqu'un qui est dans la légalité n'a pas droit au logement... Mais la partie la plus choquante est à venir...Je garde le meilleur pour la fin.
    Il a ainsi appelé à ne "pas différer indéfiniment la réforme de l'aide médicale d'Etat" (AME) - laquelle doit être réservée pour lui aux "étrangers vraiment nécessiteux".

    Ce n'est plus de la peur que je ressens mais une envie de vomir. Car pour moi il n'y a pas eu de plus grande avancée sociale récente que la réforme instaurant la CMU. C'est magnifique d'offrir le droit à la santé pour tous, cela me rend fière d'être française. Mais Sarko ne l'entend pas de cette oreille...

    Je pense aux femmes enceintes qui viennent en France avec le souhait de faire naître leur enfant dans le pays des libertés mais qui ne vont trouver que la rue et la maladie. Je pense aux gamins qui n'auront pas droit aux soins. Ils n'ont rien demandé, ils sont là c'est tout. et je crois que c'est notre devoir de ne pas les laisser à l'abandon.

    Respectons notre bloc de Constitutionnalité et notamment ce merveilleux préambule de 1946 ...

    11. Elle (la nation) garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables
    d'existence.


    3 commentaires
  • Le refus d'école deviendrait une maladie pour 2 à 3% des élèves au sein du système scolaire. c'est une vraie pathologie prise en charge au sein de l'hôpital Robert Debré à Paris. Là-bas une équipe prend en charge de jeunes patients pour leur redonner le goût d'apprendre.

    Cela se manifeste chez certains dès la petite section.

    C'est chez moi ça.

    La séparation avec la maman ou le papa n'est pas facile pour tous les enfants c'est sûr, mais étonnement cela se passe bien quand les parents laissent leurs enfants confiants et sereins. A la tête des parents le premier jour, on peut savoir qui aura des difficultés de séparation. Le boulot est donc de rassurer les parents.

    Je suis impressionnée par le fait que tout devient pathologie. Des générations d'élèves ont été confronté à tout ça, la seule différence, c'est l'augmentation du stress et de l'anxiété des parents, enfin au moins pour les primes angoisses. Par la suite, le vécu scolaire peut être dur parfois même extrême (échec scolaire, racket...). Je ne minimise pas, et je ne pense pas qu'il faut laisser les situations pourries en l'état, mais stop arrêtons de dire qu'il s'agit d'une maladie. L'école peut être une des causes de dépression, mais pitié n'alarmons pas plus des parents déjà angoissés en leur disant que leur gamin a une pathologie médicale lorsqu'il ne veut pas aller à l'école à 3 ans.



    8 commentaires
  • Comme chaque jour j'ai lu et regardé les infos, parmi les titres il y avait l'annonce des voeux de plusieurs personnalités politiques. Fort bien. Une occasion pour eux de présenter leurs idées. Chacun avait son mot à dire en matière de logement, le dernier grand sujet à la mode du fait de l'action de l'asso. les enfants de Don Quichotte sur les berges du canal Saint Martin, (si ça peut aider les sans-abris, tant mieux, il faudrait juste que cela soit suivi d'effet car la surenchère de promesses en période électorale n'est jamais plaisante).

    Mme Royal a donc annoncé qu'elle était favorable à un revenu de solidarité active. Un quoi? Ni une ni deux, je pianote une petite recherche sur le net et j'en apprends plus sur un site des verts. Ah bon?

    Qu'est-ce que c'est alors?

    Le Revenu de Solidarité Active (RSA) a pour objectif d'éviter au bénéficiaire du RMI qui
    retrouve un travail d'être pénalisé par les effets de seuil (qui vont
    diminuer les aides qu'il perçoit) et ainsi de se retrouver, au bout du
    compte, avec un revenu inférieur à celui qu'il avait avant de
    travailler.

    L'idée m'a l'air pas mal. Peut-être que Don Quichotte ne brasse pas que de l'air.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique