• 5 choses peu connues à mon sujet

    Jean-Marc m'a passé le flambeau de cette chaine. Apparemment elle est très répandue dans le fabuleux pays des blogs, je vais donc me livrer à ce petit exercice plutôt rigolo puisqu'il ne se termine pas par une prophétie de malheur du type si vous cassez la chaîne le pire de pire (ou le peer du pear...pour faire un renvoi à un post récent de Barbara) s'abattra sur vous.

    Vous allez découvrir mes côtés obscurs... Car je peux être

    1)  une crade-girl : il ya quelques années (l'année de la canicule pour être exact) j'ai fait le tour de Sardaigne à moto, le budget du voyage était vraiment mini- mini, à part une ou deux nuits passées chez l'habitant j'ai dormi sur la plage à la belle-étoile, car histoire de corser l'affaire, il n'y avait pas de tente dans mon paquetage (heureusement il n'a pas plu). J'ai pris quelques douches dans des campings mais c'était pas toujours facile de rentrer en grugeant, donc je n'ai pas été très propre pendant mon séjour...

    2) une linotte-girl : cette anecdote a failli me coûter très cher, le jour du concours d'entrée en première année d'IUFM, j'ai oublié ma carte d'identité. J'ai fait mes yeux de Droopy au mec de la porte qui m'a laissé composer contre l'engagement que je pouvais lui montrer en cours d'épreuve et j'ai appelé mes parents, ils ont débarqué au volant de leur 104 (mon père a même roulé sur des trottoirs) pour me l'apporter in-extremis. Ouf! Merci papa et maman. Un autre type s'est fait refouler pour la même raison. Vous connaissez la suite de mon parcours professionnel.

    3) une pleureuse-girl : je pleure toutes les larmes de mon corps régulièrement devant la télé. Mes dernières frasques de saule-pleureur se sont produites lors de la diffusion de "In her shoes" sur canal +.

    4) une astro-girl : un jour j'ai prononcé une phrase (presque) prophétique, "j'aimerais autant aller bosser lundi que de me casser les deux jambes", ça a marché, je me suis cassé la patte (et pas qu'un peu) en plantant une patinette dans une bosse (ça déchausse pas la patinette). Je sais quelle idée de dire ça quand on part au ski pour le week-end.

    5) une cageot-girl : quand j'étais en seconde,  j'avais la même coupe de cheveux que Diana Ross (ça c'était juste après ma période chien, avec une frange qui couvrait la moitié de ma tête. Heureusement j'ai effacé presque toute les preuves de cette époque-là. Si vous en trouvez contactez-moi, je suis prête à y mettre le prix (non, je rigole, vous savez déjà que je suis instit').


  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Janvier 2007 à 23:36
    en bonus...
    une image extraite de mon film favori. Qui a reconnu?
    2
    Vendredi 19 Janvier 2007 à 23:49
    Désolée pour l'auto-commentaire mais
    j'ai oublié de continuer la chaine, je passe donc le relais à 5 personnes comme convenu : Fil, Lulu, Placide, Frenchie et bien sûr Zaboux alias maîtresse
    3
    Samedi 20 Janvier 2007 à 10:53
    Selon le dicton bien connu...
    ... quand les choses se corsent en Sardaigne, le dard saigne en Corse. Ne cherchez pas l'origine de ce dicton dans quelque dictionnaire que ce soit, puisque je viens juste de l'inventer en lisant les aventures de "Miss Crade" sur les plages sardes. Cela dit, pour ce que je connais des plages sardes, j'imagine que l'expérience du "minuit à la belle étoile" avait une saveur autrement plus douce que l'attente crispée du "Midnight Express" ;-D
    4
    Fil
    Samedi 20 Janvier 2007 à 13:01
    Réponse...
    ..en mail interne. Bises.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :